Communiqué bilan de la Nuit africaine 2016

Document word à télécharger

Grande scène

Sysmo feat. Jean « EJASPAPA » Gnonlonfoun (Belgique/Bénin) – 16h45

Kel Assouf (Niger/Tunisie/Belgique/France) – 19h00

Arat Kilo feat. Mamani Keita (France/Mali) – 20h45

Throes + The Shine (Angola/Portugal) – 23h30

Sysmo feat. Jean Gnonlonfoun

Sysmo
feat.
Jean « EJASPAPA » Gnonlonfoun

(Belgique/Bénin)

Sysmo est un moteur. 13 percussionnistes guidés par un chef d’orchestre composent dans l’instant une musique nouvelle, puissante, sysmique. L’expérience de la vibration originelle, qui naturellement se faufile et vous embarque, mettant irrésistiblement le corps en mouvement. Des rythmiques familières, festives, volontairement non-traditionnelles, empruntant à la musique électronique ses codes et ingrédients, dans un but unique : se rassembler pour danser. We Play Sysmic Music. You Dance.

Pour la Nuit africaine 2016, les 13 percusionnistes invitent Jean Gnonlonfoun, dit Ejaspapa Gnonlonfoun, talentueux musicien béninois autodidacte. D’abord percussionniste, chanteur, trompettiste, pianiste et guitariste, il rejoint le Gangbé Brass Band à l’âge de 20 ans et partage ensuite sa passion pour la musique avec de grands noms, tels que Gnonnas Pédro du groupe Africando, Pierre Vaiana, Don Fiasco, Angélique Kidjo, Lo’JoTriban, Gilles Louèkè et le tromboniste américain Roswell.

www.sysmo.be

Kel Assouf

(Niger/Tunisie/Belgique/France)

Kel Assouf signifie « ceux de la nostalgie », ou encore « fils de l’éternité » en Tamasheq, la langue Touareg. Le groupe s’est formé en 2006 à Bruxelles autour d’un musicien touareg exilé, Anana Harouna. Dès le départ, Kel Assouf a construit son identité autour de deux idées centrales : la promotion de la culture touarègue et la lutte contre la discrimination.

Avec son nouvel album intitulé Tikounen, Kel Assouf exprime la stupéfaction, la perplexité que suscite un monde où guerres, injustices et pollution se déchaînent. Après des excursions vers la musique afrobeat, le reggae et le funk dans leur premier album, Anana et sa nouvelle équipe (complétée par l’arrivée de la chanteuse Toulou Kiki qu’on a pu découvrir dans Timbuktu d’Abderrahmane Sissako et qui enrichit le répertoire de la tradition féminine propre à la culture touarègue) embarquent aux côtés de Led Zeppelin et du rock actuel, avec un son puissant, une batterie traînante, des riffs de guitare précis et des chants en Tamasheq.
Avec un pied dans le désert et l’autre dans la jungle urbaine, Kel Assouf est une véritable machine à groove !

www.kelassouf.com

Arat Kilo
feat.
Mamani Keita

(France/Mali)

Mordus profondément par les crocs cuivrés d’un serpent venu d’Addis-Abeba, possédés par la mystique venimeuse des grooves, les Parisiens d’Arat Kilo ont, depuis leur infection en 2008, fait de l’Ethiojazz, leur terrain de jeu musical.

Là où d’autres n’auraient pas osé déborder du schéma classique en se contentant de rejouer cette musique selon les canons des années 60, le sextuor a toujours pris l’option de s’en servir comme d’un brasier à nourrir perpétuellement, en y incorporant au fil des ans Hip-Hop, Funk, Soul, Jazz, Dub, Afrobeat ou Reggae.

C’est avec la chanteuse malienne Mamani Keita qu’ils enflammeront la grande scène de la Nuit Africaine. Dans la vérité du chant et de l’instant, elle donne à la notion d’artiste engagée un sens éminemment personnel : celle d’une femme qui plonge corps et âme dans la musique, voluptueusement et intensément, comme on plongerait dans les eaux à la fois accueillantes et impétueuses d’un fleuve.

www.aratkilo.frwww.mamanikeita.fr

Throes + The Shine

(Angola/Portugal)

Throes + The Shine vous fait découvrir le « Rockduro », mélange explosif et contraction du Rock et du Kuduro, musique originaire d’Angola.

Développé au Portugal par le groupe Buraka Som Sistema, le Kuduro a progressivement gagné en popularité internationale en mélangeant la langue portugaise, le Break dance, le Semba (danse angolaise), les percussions et instruments traditionnels africains, le tout à la sauce Electro. Throes + The Shine, formation orginaire de Porto, le revisite à sa sauce, à coups de riffs énergiques de guitare, de chants et rythmes congolais, avec une pointe de Cumbia colombienne.  « On n’avait pas pris une baffe comme ça depuis Buraka Som Sistema. Et ce n’est pas un hasard si les deux groupes sont portugais et entretiennent de sérieuses accointances avec l’Afrique : héritage d’un passé colonial douloureux, la musique dont il est ici question exorcise tout ça avec une frénésie sans pareil. »  (Les Inrocks)

https://throestheshine.bandcamp.com

Scène du village

Mousta Largo (Belgique/Maroc) – 15h00

Geoffrey Oryema (Ouganda) – 17h45

Badi (Belgique/RDC) – 22h15

Mousta Largo

(Belgique/Maroc)

Mousta Largo, plus qu’un nom… une invitation au voyage. S’il n’est plus nécessaire de présenter Mousta Largo, l’homme de cœur engagé dans de multiples combats, sa musique par contre mérite toute notre attention.

Après de nombreux projets, il revient avec « D’une rive à l’autre », l’histoire de l’exode d’indiens du Rajasthan fuyant les persécutions. Des rives du Gange jusqu’aux rives du Guadalquivir, ils passent par Bagdad, Alep, Jérusalem, Le Caire, Tombouctou, Marrakech, Cordoue et enfin Grenade.

Pour ce formidable voyage, Mousta s’est entouré d’un violoniste arabe, d’un percussionniste et d’un bassiste. Au luth, à la mandole, au guembri et au banjo, il conte une histoire porteuse d’un message de paix, d’amour et de respect.

www.moustalargo.be

Geoffrey Oryema

(Ouganda)

Plongé depuis sa plus tendre enfance ougandaise dans un monde d’artistes, Geoffrey Oryema est initié très tôt par son père à l’art de la musique pentatonique, au son de la nanga (une harpe à sept cordes), et le laraka laka, musique de la séduction qu’il décrit comme le « vrai rock ougandais ». L’adolescence l’ouvrira au rock anglo-saxon (en premier lieu les Rolling Stones et la vague flower-power californienne) qu’il découvre en arrivant en France, tout en continuant à s’initier à la flûte, au lukeme (le piano à pouces) et à la guitare. Depuis les années 80, sa carrière sera jalonnée de succès (Exile, Beat the Border, From the Heart) et de reconnaissances au sein du viviers musical international (Peter Gabriel, Lokua Kanza, Alain Souchon, Manu Katché, etc.).

Le maître mot chez Geoffrey Oryema, c’est le métissage des styles. Toujours dans des écritures très engagées, il sert ses textes d’une musique majoritairement Ethno-Pop, mais rehausse les extraits dramaturgiques des textes par des lignes musicales tantôt Rock tantôt New Age. Une musique pleine de chaleur et de passion servie par ce citoyen du monde très engagé qu’on nomme le « Leonard Cohen africain » !

www.geoffrey-oryema.com

Badi

(Belgique/RDC)

Badibanga Ndeka, plus connu sous le nom de « Badi » est présent depuis plusieurs années sur la scène urbaine bruxelloise. C’est la rencontre d’un ici et d’un là-bas, d’une Afrique et d’une Europe. Un artiste pleinement conscient de la richesse de sa double culture et de sa condition d’Afro-Européen.

Après un retour aux sources en RDC au cours de ces dernières années, c’est dans le continent africain que ce « Belgicain » – comme l’appellent ses oncles – puise son histoire et son inspiration et c’est ainsi qu’il revient avec un nouveau projet haut en couleur qui met ses racines à l’honneur ! Son album Matongé évoque l’amour, l’éducation, le métissage, la double culture, en mêlant habilement samples de musique populaire congolaise et hip-hop.

www.jesuisbadi.com

Animations et Associations

Danseuses et Tambourinaires du Burundi

Départ du Village à 16h30, 18h45 et 23h15

L’art des Tambourinaires, c’est avant tout un lien quasi-mystique qui unit un pays tout entier à ses tambours sacrés.Fascinant mélange de formalisation et de spontanéité proche de la transe, l’éblouissement rythmique que nous offrent les maîtres Tambours du Burundi d’Ikiyago Legacy éclate avec l’exubérance naturelle, la joie et la volonté de vivre de tout un peuple.

Pour l’occasion, les tambourinaires sont accompagnés des danseuses d’Akaranga dont l’objectif central est de promouvoir les danses africaines en Belgique et partout ailleurs. Le groupe veut également permettre aux « Afropéens » de vivre harmonieusement leur double identité, africaine et européenne.

www.ikiyagolegacy.be

Enregistrer

Enregistrer

Aline Valentim

16h00: workshop Enfants (Scène Village)

20h15: workshop Adultes (Scène Village)

La danseuse et chorégraphe brésilienne Aline Valentim est une référence en ce qui concerne la danse afro-brésilienne. Elle est directrice de la compagnie de danse afro-contemporaine Babalakina et danseuse/chorégraphe du groupe Rio Maracatu. Aline a donné des workshops internationaux au Danemark, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Finlande, en Suède, en France, en Belgique et en Argentine. Son expérience et son charisme naturel feront un succès garanti auprès des grands et des petits à l’occasion de deux workshops de danse exclusifs.

Badi

La sécurité alimentaire sur scène

Avec Badi à 21h45 sur la scène du village

En amont du festival, le chanteur Badi, très réceptif à ses valeurs, a été invité à travailler avec quatre associations dans le cadre d’ateliers d’écriture slam. Les publics de la Tourkana, Yambi Développement, Université de Paix au Pays des Grands lacs et Du côté du Sud interpréteront avec lui, deux chansons créées lors de ces ateliers.

Contes déambulatoires

Ria Carbonez et Ahmed Hafiz  proposeront des contes déambulatoires, des petites histoires à manger avec les oreilles. Elles feront voyager votre imaginaire vers des traditions du Maghreb et du Congo. La camionnette Place aux Livres proposera également des contes et des livres (de 16h à 20h)

Magic Drums

Vous serez accueillis dès l’entrée du Domaine aux sons des djembé des élèves de l’école Magic Drums

Africapsud

Ce projet de l’AMO La Chaloupe vise à réduire les inégalités Nord-Sud. Africapsud organise des échanges entre des jeunes Belges et Béninois, de 15 à 20 ans, en leur proposant de vivre une aventure humaine d’un an. La préparation, la recherche de fonds et l’organisation de la vie en groupe constituent autant de défis à relever. Les plus de 20 ans peuvent devenir accompagnateurs de groupe et/ou intégrer un réseau de volontaires. – www.africapsud.be

Exposition sourires du monde – les photos des jeunes de l’AMO La Chaloupe d’Ottignies partis au Bénin à Pâques

Africapsud

L’association belge CCMES (Cri du Cœur d’une Mère qui ESpère) a été créée pour soutenir l’ONG rwandaise du même nom. Cette ONG veut réunir les familles rwandaises séparées suite au génocide de 1994, en recherchant les enfants disparus. Fondée par Béatrice Mukamulindwa, CCMES Belgique veut faire connaître cette problématique et soutenir CCMES Rwanda dans ses stratégies de recherche. – www.ccmes.org/fra

Danses rwandaises

Plan Belgique asbl

Depuis 1983, Plan Belgique agit avec et pour les enfants les plus vulnérables du Sud et leur communauté afin de lutter contre la pauvreté, l’injustice et les inégalités. En Belgique, elle sensibilise le grand public, récolte des fonds et place les droits de l’enfant au cœur de l’agenda des écoles, des médias et des politiques. Elle poursuit le but de développer des programmes de qualité ayant un grand impact en matière de santé, d’éducation et de protection. – www.planbelgique.be

Sensibilisation et animation sur leurs programmes en faveur des droits de l’enfant dans les pays du Sud (éducation des filles, mariage précoce)

La Tourkana asbl

La Tourkana a pour objectifs l’amélioration de la participation sociale et politique des femmes et la reconnaissance de leurs droits fondamentaux. Pour ce faire, elle met l’accent sur la défense des droits et promeut la diversité sociale, la solidarité internationale, le commerce équitable, le tourisme solidaire, l’économie sociale et le développement durable.

Exposition de photos des femmes de la coopérative agricole de Tubimbi (RDC)

CLMS – Centre Lazaret multi-services asbl

Le CLMS est porteur d’un projet de développement durable en partenariat avec le Sud et particulièrement la République Démocratique du Congo. Il travaille pour et avec une ONG sœur de développement, le Centre Lazaret Multi-Services – CLMS ONGD. Depuis 2017, le CLMS aide les gens à veiller sur leur santé et leur hygiène dans la région de Lodja (Sankuru) en RDC. Ses projets soutiennent des initiatives locales et visent l’éducation sanitaire de la population. – clmsottignies@yahoo.fr

Atelier couturetresses africaines de 15h à 19h

Kira-Ukize

Depuis 2007, ce projet poursuit la lutte contre l’insécurité alimentaire au village de Ruhuma, situé à l’Est du Burundi. Il octroie des vaches aux ménages afin que ceux-ci fertilisent leurs sols devenus stériles. Ce qui permet aux ménages de sortir du cycle de la faim. Le projet, qui s’intéresse autant aux populations agricoles qu’aux petits commerçants, a aussi ouvert une caisse de micro-crédits à Bujumbura pour aider les exclus des institutions financières classiques. – www.kira-ukize.org

Exposition de photos des éleveurs de vaches dans le village de Ruhuma (Est du Burundi)

Dakawomina asbl

L’asbl Dakawomina soutient les initiatives des populations locales dans les régions les plus défavorisées du Mali, pour l’amélioration de la santé, l’éducation, l’accès à l’eau et l’émancipation des femmes. Tous les projets émanent de populations avec qui l’asbl développe des liens d’amitié et de confiance. Chaque année, Dakawomina retourne dans les villages pour évaluer, avec les habitants, les résultats des projets soutenus. Le but étant de se rendre moins vulnérables, de se prendre en charge contre la maladie et la pauvreté. – www.projet-dakawomina.org

Démonstration du pilage du mil, comment porter de l’eau sur la tête ou préparer du « riz au gras ».

Du Côté du SUD

Du Côté du SUD soutient toute activité de développement durable des pays du Sud, entre autres par l’échange de services et de produits dans les sens Nord-Sud, Sud-Sud et Sud-Nord. Il encourage également, ici, l’accueil des personnes du Sud. Son champ d’action s’étend de l’accès aux besoins de base (eau, nourriture, école, soins de santé) à la promotion de l’artisanat, de la culture et des produits de l’agriculture.

Sensibilisation et exposition de photos du Niger

Yambi Développement

Yambi œuvre à la solidarité internationale et à la coopération au développement dans les pays d’Afrique, notamment en République Démocratique du Congo et au Maroc, où elle appuie les populations démunies grâce à des projets visant la sécurité alimentaire, l’autonomisation et l’empowerment. En Belgique, elle agit dans les domaines de l’interculturalité, du vivre ensemble et de l’intergénérationnel (par exemple par l’accompagnement des réfugiés ou demandeurs d’asile, la formation à la citoyenneté, l’atelier d’orientation citoyenne, les cours de français, l’apprentissage de la couture ou de la décoration intérieure, par des activités collectives et interculturelles, etc).

Sensibilisation à la sécurité alimentaire sur la base des chansons écrites par les enfants de l’école de devoirs de Yambi, située à Wavre

Mabiki asbl

Active depuis 2005, l’asbl Mabiki se donne pour missions l’intégration de personnes d’origine africaine en Belgique, la promotion des littératures africaines et le développement de la qualité de l’enseignement en RDC. Pour ce faire, elle met en place une série d’activités telles que des formations à l’intégration citoyenne ou des cours de lingala. Elle développe également des projets dont, entre autres, le Salon des Littératures africaines en Belgique (SLABEO) et sa propre maison d’édition et de formation. – www.mabiki.net

Exposition de photos et vidéos de leurs activités à Kinshasa

Plateforme No-Transat

L’association a pour objet la sensibilisation et l’information concernant les traités trans-
atlantiques de libre-échange. Depuis 2011, No Transat sonne l’alerte sur les négociations “ commerciales ” entre l’Europe et les États-Unis. Elle propose aux citoyens de signer la plus grande pétition belge contre le TTIP, en expliquant de façon simple les enjeux du TTIP/CETA, ainsi qu’en participant activement aux mobilisations. – www.no-transat.be

 Sensibilisation et information concernant les traités transatlantiques de libre échange (TTIP) – signature de pétition

Amnesty International Groupe 55

Amnesty International forme une communauté mondiale de militants des droits humains dont les principes sont la solidarité internationale, une action efficace en faveur de victimes individuelles, l’universalité et l’indivisibilité des droits humains. Sur les communes de Chastre/Walhain, un groupe local (groupe 55) s’est mis en place depuis mai 2015, avec comme objectif de mener des actions concrètes en soutien aux victimes de violations des droits humains. – www.amnesty.be

Sensibilisation autour des activités sur la défense des droits humains

Secours solidaire (SolidAmel)

SolidAmel vient en aide, tant au Nord qu’au Sud, et plus particulièrement au Maroc, les populations défavorisées dont les femmes et les enfants. Ses ressources proviennent des dons et des bénéfices récoltés lors de ses campagnes de sensibilisation : soirées, tournois, brocantes, etc. En collaboration avec des associations sur place, SolidAmel leur a fourni du matériel scolaire, des cartables, des denrées alimentaires, des lunettes, des vélos, etc.

Tradition du thé marocain & dégustation de pâtisseries

CETRI

Le Centre tricontinental (CETRI) est un centre d’étude, de publication, de documentation et d’éducation permanente sur le développement et les rapports Nord-Sud. Depuis 1976, son objectif est de faire entendre des points de vue du Sud et de contribuer à une réflexion critique sur les conceptions et les pratiques dominantes du développement à l’heure de la mondialisation néolibérale. – www.cetri.be

Etoile polaire

Etoile polaire mène depuis 2008 un projet d’échange authentique dans la région de Koro au Burkina Faso. En lien avec les habitants, elle a mis en place un système de parrainage scolaire permettant à plus de 200 enfants de s’inscrire dans l’enseignement secondaire. Elle a ouvert deux centres d’alphabétisation et une maison des femmes, et finance le passage régulier de deux infirmiers dans les localités du village. Les projets de l’association ne cessent d’évoluer selon les besoins des habitants. – www.etoilepolaire.be

Fabrication de masques et travail de la terre glaise   

RESO Réseau d’Echanges de Savoirs du Centre culturel d’Ottignies-Louvain-la-Neuve

Depuis 20 ans, le RESO crée des liens, rompt l’isolement, entretient la solidarité, stimule la réciprocité et éduque à l’échange dans la conception d’un monde plus juste, plus solidaire, où les ‘savoirs’ échapperaient à la commercialisation. A cette fin, le RESO organise des activités gratuites où chacun d’entre nous peut transmettre son savoir, son expérience, tels que des tables de conversation, des ateliers créatifs et artistiques, etc.  – www.poleculturel.be

Explication sur la manière de faire pousser ses graines à germer chez soi et comment les consommer (recettes et petites dégustations)

Takrist  – sélectionné pour le Prix de la Nuit africaine

Takrist promeut et défend depuis 2013 les droits élémentaires du peuple touareg de l’Azawad (Nord-Mali). Elle est présente dans les secteurs de l’humanitaire, de la santé, de l’éducation et la formation professionnelle, de l’environnement, ainsi que de la promotion de sa culture et des droits élémentaires. Dans cet objectif, elle organise de multiples activités : concerts, rencontres autour du thé, expositions, conférences, etc. – www.takrist.be

Cérémonie du thé touareg – concours de devinettes touarègues – expo d’artisanat et articles du quotidien touareg – port du turban

La Payote

La Payote est née en 2005 dans le but de lutter contre les différentes formes d’exclusion, qu’elles soient économique, sociale, culturelle ou professionnelle. Outre le microcrédit, l’association vise l’insertion sociale via différentes activités dont le projet Giraso. Celui-ci s’adresse aux mamies arrivées en Belgique souhaitant apprendre le français et se familiariser avec l’informatique afin de communiquer avec leur famille résidant à l’étranger. – www.lapayote.be

Projet Mbacké Kadior  – sélectionné pour le Prix de la Nuit africaine

Création d’une ferme pédagogique en agro-écologie

Musée royal de l’Afrique centrale

Deux animations sont proposées :

L’alimentation de base en Afrique – Atelier tout public, idéal pour les jeunes de 14 à 18 ans.
Proposé par le Musée Royal de l’Afrique Centrale (MRAC)
Une carte du continent africain indique différentes zones de couleur. A chaque couleur correspond un aliment de base : sorgho, riz, banane plantain, manioc, orge. Après s’être penché sur les caractéristiques géologiques et climatiques des différentes régions d’Afrique, où cultive-t-on quelle(s) denrée(s) ? Et les avez-vous déjà goûtées ?

Le prix d’un paquet de café décortiqué
Proposé par le Musée Royal de l’Afrique Centrale (MRAC)
Quelles sont les différentes étapes du café, à partir de la cueillette jusqu’au paquet acheté au supermarché ? Qui sont les intervenants ? Comment se répartissent les revenus générés par la vente d’un paquet de café ? Et si j’optais pour un paquet de café issu du commerce équitable…

Groupement d’achat en Commun du mardi de LLN (GAC)

L’objectif du GAC est d’acheter en commun des produits de préférence auprès de producteurs locaux à un prix correct pour le consommateur et le producteur

Présentation du GAC au travers du “ jeu du guignol ”

Jeu de la ficelle

Sensibilisation à l’alimentation et au développement durable (16h et 18h) (suivant la météo)

CRIBW Centre Régional d’Intégration du Brabant wallon

Enregistrement d’une émission pour la web Radio 27

Place aux livres (camionnette)

Conte et lecture (16h à 20h)

Lamogoya

Atelier d’initiation aux percussions & contes

Mwana Africa Rythm’hic

Fabrication d’instruments de musique avec des matériaux de récupération

Atelier de sérigraphie

Let’s play together et la Ludothèque publique d’Ottignies

Jeux coopératifs et jeux d’Afrique (dès 5 ans)

Groupe soleil

Tresses africaines (17h à 21h)

Chez Sakina et Naziha

Henné du rif marocain (16h à 20h)

Expositions

La sécurité alimentaire en Belgique et en Afrique. Présentation des 4 projets sélectionnés pour le Prix de la Nuit africaine. 

En pratique

Contact

Téléphone, mail
Nous contacter :
Par téléphone
Centre culturel :
010 41 37 26
Domaine provincial du Bois des Rêves :
010 41 60 72

Par courriel
info@poleculturel.be

Covoiturage

Pour votre sécurité

Les sacs seront interdits sur le site du festival.
Seuls les sacs à main seront admis.

Merci pour votre compréhension.

Tarifs

Prévente 5€, sur place 8€

Prévente 5€, sur place 8€

Gratuit pour les moins de 14 ans.
Le festival participe à l’opération Article 27
Billetterie en ligne : www.nuitafricaine.org
Lieux de prévente :
à Ottignies : Centre culturel et Domaine provincial du Bois des Rêves
à Louvain-la-Neuve : Forum des Halles
Restauration africaine sur place

Comment rejoindre la Nuit Africaine

En voiture, en transports en commun, à vélo

En voiture : Autoroute E 411 (Bruxelles-Namur), sortie n°9 (Corroy-le-Grand), direction Nivelles ; RN 25, sortie Bois des Rêves.

En transports en commun : * Gare d’Ottignies (ligne Bruxelles-Namur) * Prendre le train direction Charleroi Sud * Descendre au 1er arrêt (Céroux-Mousty) * Remonter à pieds rue de Franquenies et la suivre jusqu’à passer en dessous du nouveau pont de chemin de fer. * L’entrée du Domaine se situe à 100 m à gauche.

Mobilité : si vous venez à vélo, Pro Vélo assure la surveillance du parking vélo (dès 15h) tout en proposant le contrôle technique de ceux-ci (de 15h à 18h).

Plan du site

Plan

Enregistrer

Tickets

Acheter en ligne

Lieux de prévente

Ottignies :
Centre culturel – avenue des Combattants, 41 à Ottignies
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h – le samedi de 10h à 12h

Domaine provincial du Bois des Rêves – allée du Bois des Rêves, 1 à Ottignies

Louvain-la-Neuve :
Forum des Halles – Galerie des Halles
du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi de 11h à 17h

Prix de la Nuit africaine

Votez –  Prix de la Nuit africaine

Comme en 2015, les Prix de la Nuit africaine seront décernés à des associations qui portent des projets de co-développement en Afrique, en matière de sécurité alimentaire. Le Prix de la Coopération au Développement, d’un montant de 2.500 euros, sera attribué par un jury composé de représentants de la Coopération belge au Développement, du CNCD, des magasins du monde-Oxfam, de SOS Faim et de la Maison du Développement durable de Louvain-la-Neuve. Quant au Prix du Public (1.000 euros), il sera décerné à l’association qui aura remporté le plus de votes sur le site www.nuitafricaine.org.

Les critères de sélection portent sur un partenariat Sud de qualité et durable, avec une action de renforcement dans son rôle d’acteur du développement, la promotion des droits humains et du développement durable. Les projets doivent intégrer une réflexion soucieuse d’améliorer les conditions socio-économiques des femmes, l’égalité de genre et une prise en compte des considérations liées au respect de l’environnement.

Quatre projets ont été retenus. Chacun d’eux est soutenu par une Maison de jeunes ou une troupe scoute. Elles sont détaillées ci-dessous.

En collaboration avec TV Com, les groupes de jeunes ont réalisé des capsules vidéo pour présenter le projet qu’ils soutiennent sur le site www.nuitafricaine.org. Ces capsules seront également diffusées sur TV Com entre le 7 et le 10 juin 2016. Le Prix sera attribué à l’association qui obtiendra le plus de voix.

Vous pouvez voter du 13 au 24 juin à 10h pour le projet que vous souhaitez soutenir.

Retrouvez ci-dessous les quatre associations qui participent au Prix de la Nuit africaine.

PROJET 1

Agrandissement d’un potager à Ibalaghane (nord du Mali)
Proposé par l’asbl Takrist et soutenu par les scouts de Dion-le-Mont (Chaumont-Gistoux)
Objectif : agrandir le potager pour garantir la sécurité alimentaire du village dans une région désertique.

PROJET 2

Amener l’eau pour le potager communautaire au village d’Imarizen (Province du Driouch, Maroc)
Proposé par l’association Secours solidaire en collaboration avec Yambi Développement et soutenu par les Scouts du Petit-Ry (Ottignies).
Les bénéficiaires du projet : l’association Quartier de joie qui compte 25 femmes dont la plupart sont des familles monoparentales.

PROJET 3

« Yumuka » « Lève-toi » (RDC)
Proposé par l’asbl La Tourkana et soutenu par l’AMO La Chaloupe (Ottignies)
Objectif : valorisation de la culture traditionnelle du manioc pour la réinsertion socio-économique des femmes veuves, vulnérables et victimes des violences sexuelles du groupement de Tubimbi (territoire de Walungu, Sud-Kivu, RDC).

PROJET 4

Création d’une ferme pédagogique en agro-écologie à Mbacké Kadior (Sénégal)
Proposé par l’asbl Le Torrent de Kerith et soutenu par la Maison des Jeunes de Louvain-la-Neuve (Chez Zelle)
Objectif : promouvoir l’agro-écologie comme enjeu actuel du développement durable (écologique, économique et social) dans la région du sud sahélien, adapté au contexte local et conscient des enjeux mondiaux, ancré dans la science et tourné vers la pratique, engagé aujourd’hui pour un futur meilleur.

Vous voulez en savoir plus sur le développement humain durable sous l’angle de la sécurité alimentaire ?
Regardez le reportage réalisé par TV Com avec Olivier De Schutter, professeur à l’UCL, membre du Comité des Nations Unies sur les droits économiques, sociaux et culturels. Olivier De Schutter est spécialiste des droits économiques et sociaux dans le contexte de la mondialisation économique.
Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation de 2008 à 2014, il est co-président du Panel international d’experts sur les systèmes alimentaires durables (IPES-Food).

L’histoire du festival

Depuis 1994, la saison culturelle se termine chaque année par une grande fête au Domaine provincial du Bois des Rêves. C’est l’association « Les amis de la Guinée Conakry » qui a fondé le festival, invitant le maître de la percussion mandingue Mamady Keita.
Bien vite, l’équipe du Centre culturel d’Ottignies-Louvain-la-Neuve a largement contribué à une organisation de la Province du Brabant wallon, en programmant des groupes de musique africaine de qualité internationale.
L’équipe du Centre culturel d’Ottignies-Louvain-la-Neuve a contribué en outre à l’organisation du Marché africain et à la campagne provinciale d’éducation au développement Annoncer la couleur, qui complétait cette fête pour un dialogue Nord/Sud plus authentique, pour un développement durable partagé.

Groupes accueillis depuis 1994

Mamady Keita (4 fois), Mama Diabate, Francis Camara et son groupe, The Nile (2 fois), Les Champions du Zaïre, Tambourinaires du Burundi (2x), Dizzy Mandjeku (2 fois), Panache Culture, Feso – Trombone and the Band, Mali Sadio – percussions, Wells Amis, Gomma Percussions, Habib Koïte et Bamada, Odemba, Foofango, Les Tambours de Brazza, Mousta Largo (3 fois), Formule 1, N’Goni D’Issa, Princesse Mansia M’Bila, Gangbe Brass Band, Afro- Soukos et Zico-man (2 fois), Blanche Mandingue, Bubbelgum Sound, Jeff Kavanda et Lisano Ya Mbonda, Rojah Lao, Ré/Percussions, Malick Sow et Welnere, Chic Shewa, Demba Ndiaye et Ndillaan, Théâtre Eclair (2 fois), John Chris, Dobet Gnahore, Afrikali, Pas Mal Plus, Marockin’Brass, Toumast, Rabasa, Minyeshu et Chewata, Afro Yambi Jazz, Foli Laka, Bonga, Mamar Kassey, Ibirezi Vy Uburundi, Two Tone Club, Malick Pathé Sow, Fanfare Eyo’nle, N’Java, Mazagan, J’Afro’zz, Princesse Mansia M’Bila , Les Espoirs de Coronthie, Fanga, la fanfare Fanfaraï, Odemba Ok All Stars Faki, Minata Traore, Jean Goubald, La Sanza, André Borbé, Naïnako, Sayon Bamba, Sierra Leone Refugee All Stars, Tam Echo Tam, Baï Kamara Junior, Jupiter & Ma Shi Faï, , AWALé, Jupiter & Okwess International, El Gafla, Anwar, Gasandji, BKO Quintet, Baloji, Aziz Sahmaoui & University of Gnawa, Cheb Lakhdar et Mazalda, Black Bazar, Remork, Jawhar, Etoko, African Protoköl, Sidi Bémol, Djeli Moussa Condé, Khaïra Arbi, Batida, Pitcho and Co, Chouk Bwa Libète, Touko Sari, Sysmo feat. Jean « EJASPAPA » Gnonlonfoun, Geoffrey Oreyma, Kel Assouf, Arat Kilo feat Mamani Keita, Badi, Throes + The Shine, …

Click edit button to change this code.